Indice de la puissance globale 2018

Indice de la puissance

Carte réalisée pour le numéro 17 de la revue Conflits pour son dossier « L’indice de la puissance globale« .

Extraits de la méthodologie, ci-dessous :

Pourquoi 37 pays ? 

Effectuer nos calculs sur tous les pays de la planète aurait été fastidieux et arbitraire. Fastidieux à cause du temps que cela aurait réclamé. Arbitraire parce que nous ne disposons pas de statistiques fiables sur beaucoup d’entre eux. Nous avons donc dû choisir. D’abord les pays du G20 qui se sont cooptés et se sont mutuellement reconnus comme « puissants ». Puis quelques pays qui en ont été écartés pour des raisons politiques comme l’Iran, Taïwan voire Israël. Des nations qui profitent de leur position géographique pour exercer une influence sur leur environnement (Ethiopie, Pakistan). D’autres dont le potentiel est considérable soit à cause de leurs richesses naturelles (Kazakhstan), soit à cause de leur population, soit à cause de leur forte croissance (Vietnam, Philippines)… Quelques pays européens qui ne font pas partie du G20 car ils sont censés être représentés par l’Union européenne (Pologne, Espagne, Suède). Nous avons ajouté quelques petits pays bénéficiant d’un rayonnement mondial (Qatar, Suisse) : bien nous en a pris quand on constate le résultat étonnant de la Suisse. La puissance n’est pas seulement affaire de taille.

Que notre choix soit pertinent est confirmé par deux chiffres simples : nos 37 pays (sur les 193 pays membres de l’ONU) couvrent 62% des terres émergées (y compris l’Antarctique) et rassemblent 72% de la population mondiale. Bien sûr, le territoire et les hommes ne suffisent pas à caractériser la puissance, ils ne concernent que la catégorie 1 de notre classement. Mais les pourcentages ne seraient pas très différents pour le PIB ou pour les forces armées. Ce sont bien les premières nations de la planète que nous avons prises en compte.

Catégories et indicateurs de l’indice

La hiérarchie des puissances mondiales, sensiblement modifiées par la prise en compte simultanée des 6 facettes de la puissance (nos « catégories ») elles-mêmes analysées à partir de 50 indicateurs eux-mêmes souvent composés à partir de plusieurs indices – et non d’un seul chiffre (PIB ou forces armées) – rend mieux compte de la réalité géopolitique globale : la rivalité USA-Chine, place de la Russie et de la France, léger déclassement de l’Allemagne, du Japon, de l’Inde et du Brésil sur la scène internationale.

La catégorie 1 synthétise les indicateurs suivants : superficie, domaine maritime, situation géographique, terres arables, ressources renouvelables en eau douce, ressources en hydrocarbures, population, croissance démographique (2011-2016), emplois, espérance de vie en bonne santé, qualité de la ressource humaine. L’indicateur « situation géographique » correspond au « Lage » des géopoliticiens allemands : comment se situe le pays par rapport à l’océan mondial. Jean-Marc Holz a distingué 10 situations, notées 0 (coupure totale par rapport à l’océan mondial) à 1 (ouverture la plus large possible). Notation 0 = enclavement ; 0,1 = ouverture sur une mer fermée (type Baltique) ; 0,2 = ouverture sur une petite mer bordière ; 0,4 = ouverture sur une vaste mer bordière ; 0,5 = ouverture sut deux mers ; 0,6 = ouverture sur un océan ; 0,7 = ouverture sur un océan et une mer ; 0,8 = ouverture sur deux océans ; 0,9 = ouverture sur deux océans et une ou plusieurs mers (Russie) ; 1 = 3 océans (USA, Canada, France, Australie). La qualité de la ressource humaine est mesurée par le Global Human Capital Report, 2017, World Economic Forum Davos.

La catégorie 2 prend en compte les dépenses militaires, les forces nucléaires, les capacités de projection (nombre de bases à l’étranger et porte-avions), le nombre de soldats, leur expérience, l’armement classique, les satellites militaires. L’expérience des troupes est estimée en fonction du nombre de guerres menées par les différents pays. En ce qui concerne les forces nucléaires, la note est attribuée en fonction du nombre d’ogives nucléaires détenues par les différents Etats. La Russie (7500 ogives) obtient la note de 1.0, les USA (7250 ogives), la note de 0,9666, la France (300 ogives), la note de 0,04, etc. Les puissances non nucléaires obtiennent 0 points.

La catégorie 3 synthétise les inégalités (coefficient de Gini), le taux d’homicides, la corruption, le patriotisme, l’instabilité et les risques de conflits internes. Pour le patriotisme, une notion difficile à quantifier, nous sommes partis du sondage Gallup de 2014 (« Etes-vous prêt à vous battre pour votre pays?« ) et des données sur la fierté nationale fournies par le World Value Survey. Au total, on a ainsi défini 5 classes : patriotisme très fort, patriotisme fort, moyen, faible et très faible. En ce qui concerne les risques de conflits internes, nous avons pris en compte l’indice War Risk de The Global Economy ainsi que Fragile State Index établi par The Fundation for Peace, New York.

La catégorie 4 (production et richesse) comprend 6 indicateurs de pondérations subégales (4 ou 5), avec des statistiques de 2016 sauf exception, soit : création de richesse (PIB, grandes firmes mondiales, établissements financiers – banques, assurances, fonds d’investissement et fonds souverains) ; compétitivité (balance des transactions courantes en % du PIB, stock IDE dans le pays, indice global de compétitivité WEF/Davos) ; dynamisme (FBCF, création d’entreprises, croissance du PIB 2011-2016) ; présence à l’étranger (volume des exportations, stock IDE à l’étranger) ; indépendance économique (indépendance énergétique, position extérieure nette – Net International Investment Position NIIP – volume des réserves de change) ; monnaie (part de la monnaie du pays dans les réserves de change mondiales et dans les paiements internationaux). Dans cette catégorie 4, trois indices peuvent avoir une valeur négative (par ex. un déficit de la balance des transactions courantes). Pour la notation, la même méthode, exposée ci-dessus, est appliquée : soit 0 à +1.0 pour les soldes positifs, et 0 à -1.0 pour les soldes négatifs. le nombre total de points accumulés par un pays peut donc être affecté à la baisse, en cas de valeur négative sur un ou plusieurs indicateurs. Exemple : l’Algérie a le plus fort déficit de sa balance des transactions courantes, sa note est de -1 ; la Suisse obtient + 0,7517, la France obtient -0,0604 car le déficit de sa balance commerciale est compensé par les excédents de la balance des services (tourisme). Pour l’énergie, le Qatar avec la balance énergétique la plus excédentaire obtient +1.0, Taïwan, la plus déficitaire (note: -1.0) ; la France a -0,3984.

La catégorie 5 (technologie) regroupe 10 indicateurs, déclinant tant les moyens déployés que les résultats obtenus. Ces indicateurs sont : volume des dépenses en R&D, parc de superordinateurs, nombre d’université réputées dans les disciplines scientifiques et techniques, nombre de brevets déposés et articles scientifiques publiés, capacité à attirer et retenir les talents (indice IMD-Lausanne), degré de robotisation de l’industrie (nombre de robots pour 10000 salariés), indice d’innovation (INSEAD), firmes internet mondiales, volume des exportations de biens de haute technologie et capacité aérospatiale (calculée sur la base du nombre de lancements, du nombre de satellites en service, et du budget).

La catégorie 6 (influence) cherche à apprécier la « puissance soft » d’un Etat. Elle comprend 10 indicateurs, sous les rubriques diplomatie (sièges de membre permanent ou non au Conseil de sécurité de l’ONU, réseau d’ambassades, consultats et représentations, exportations d’armes) ; culture (grandes firmes multimédias mondiales, exportations de biens culturels, influence de la langue du pays – d’après le Power Language Index – , nombre d’étudiants étrangers dans le pays) ; prestige (sportif : médailles d’or aux JO été/hiver 2008 à 2016, organisation des championnats du monde de diverses disciplines – culturel : musées (fréquentation et superficie) – et économique : grandes marques).

Notre calcul pas à pas 

Nous avons commencé par attribuer un coefficient à chacune des six catégories retenues : 15 pour le territoire et les hommes, 20 pour les forces armées, 25 pour l’économie, 15 pour la technologie et autant pour l’influence, 10 enfin pour la cohésion et la stabilité – soit un total de 100.

Nous avons ensuite déterminé, pour chacune de ces catégories, les indicateurs les plus pertinents, ceux aussi pour lesquels existaient des données chiffrées fournies par des organismes fiables. Ainsi pour le critère de l’influence nous avons distingués quatre indicateurs essentiels ; la diplomatie, la culture, le rayonnement des médias et le prestige international. Certains éléments ont été placés dans d’autres catégories, par exemple la venue d’étudiants étrangers qui figure dans la catégorie technologie – c’est l’effet de l’interaction que nous évoquions plus haut.

Ensuite, pour chacun de ces indicateurs, nous nous penchons sur les indices les plus significatifs. Dans le cas du prestige international il s’agit des résultats aux jeux Olympiques, des grands musées (fréquentation et surface d’exposition), des grandes marques et du prestige made in.

Il fallait ensuite déterminer les notes de chacun des 37 pays retenus dans chacun de ces indices. La référence idéale serait le total mondial, mais pour bien des indicateurs il n’est pas disponible faute de chiffres pour la totalité des pays. Donc la référence est le chiffre maximum atteint par un pays, sur un indicateur donné ; la valeur des autres pays est calculée en fonction de celle-ci. Ainsi, en ce qui concerne le PIB, les USA arrivent en tête (en nominal) et sont affectés de la valeur 1000. La Chine qui arrive deuxième et possède un PIB égal à 60% de celui des USA est affectée de la valeur 600 et ainsi de suite.

Ce calcul vaut pour la plupart des indices mais pas pour tous. Ainsi le nombre de têtes nucléaires ou de bases à l’étranger n’est le fait que de quelques pays, il a fallu attribuer la note de « zéro » aux autres.

Les résultats 

Catég 1 Catég 2 Catég 3 Catég 4 Catég 5 Catég 6 Total
Territoire, population, ressources Forces armées Stabilité et cohésion Économie Science et techniques Influence
Coefficient 15 20 10 25 15 15 100
USA 7,9638 18,3687 6,1061 17,8302 12,2061 13,885 76,3599
Chine 8,5949 7,0774 5,0361 11,0432 6,9992 6,7209 45,4717
Russie 8,2854 9,7570 4,6664 2,9198 2,0054 5,3827 33,0167
France 6,0748 2,8106 6,7964 5,6853 3,8064 6,9820 32,1555
Royaume-Uni 5,3671 2,3626 7,1144 4,6716 3,5083 8,4428 31,4668
Allemagne 4,6983 0,7262 6,9364 7,6007 5,0341 5,6616 30,6573
Canada 8,3590 0,5094 7,4826 4,4172 2,6290 4,3162 27,7734
Japon 5,3688 1,3431 5,995 5,2906 4,7429 3,6756 26,4160
Australie 7,3819 0,5223 7,7733 2,9481 2,2326 3,6217 24,4833
Suisse 4,1019 0,0611 8,0482 5,0785 2,9249 3,0811 23,2957
Inde 8,2276 3,1970 4,3033 3,0421 1,5867 2,3605 22,7172
Italie 4,5086 1,1457 5,1794 4,1569 2,7040 4,099 21,7936
Corée du Sud 4,4874 1,4646 5,0233 3,3119 3,8503 2,6567 20,7942
Suède 4,7811 0,1975 8,5595 2,9160 2,5225 3,8176 20,7942
Espagne 4,7335 0,4169 6,0544 3,5628 2,1344 3,1703 20,0723
Taiwan 4,5146 0,5152 5,0631 3,3256 2,5117 2,3830 18,3132
Israël 4,2779 1,3977 4,8350 2,6049 1,8577 2,6707 17,6439
Malaisie 4,5089 0,3568 5,5475 2,4767 1,6514 2,6137 17,155
Arabie S. 5,2556 0,7176 4,2721 3,6368 1,3534 1,9032 17,1387
Brésil 5,9316 0,6635 4,2776 2,1720 1,2172 2,506 16,7679
Indonésie 5,8694 0,7254 4 ,5275 2,56 0,9582 1,526 16,1665
Pologne 4,0292 0,4517 6,4911 1,6188 1,4459 2,0653 16,1012
Qatar 4,31 0,1131 6,2223 3,0591 1,2562 1,0702 16,0309
Vietnam 4,285 0,6168 5,1279 2,8140 1,2396 1,2747 15,3580
Mexique 5,068 0,4502 4,1805 2,3038 1,2079 2,147 15,3574
Afrique Sud 5,8688 0,1778 4,2522 2,1025 1,074 1,8716 15,3469
Philippines 4,6075 1,5832 4,3821 2,2766 1,0761 2,1515 15,091
Iran 5,6626 1,8444 1,8444 1,9339 1,1405 0,9995 14 6287
Turquie 4,23 1,334 4,3485 1,8689 1,1506 1,6865 14,6185
Argentine 5,2416 0,2084 4,5502 1,5424 0,9814 1,8666 14,3906
Kazakhstan 4,8927 0,1918 4,7031 1,5971 1,0985 1,5679 14,052
Égypte 4,1658 1,3514 3,4511 1,6005 0,9078 2,4188 13,8954
Algérie 4,0363 0,7696 4,5071 2,1759 0,8015 1,1816 13,4717
Pakistan 4,1358 1,5832 3,6011 1,4251 0,9083 0,8974 12,5509
Maroc 4,016 0,3442 4,3711 0,4671 1,0286 1,6544 11,8814
Éthiopie 3,2104 0,4612 2,3941 2,8797 0,9219 1,7813 11,6486
Nigeria 4,302 0,2010 2,4494 1,9801 0,8688 1,5241 11,3436

 

 

← Previous post

Next post →

1 Comment

  1. pierreb1

    Quelle finesse de données, et donc quel boulot de consolidation !

    Suggestion de puissances douces (ou nouveaux venus) non négligeables : Chili, Colombie, Norvège, Singapour, NZ.
    L’Afrique du Sud mérite-t-elle son statut de « grand pays émergent » ? Ne serait-elle pas plutôt dans la catégorie à inventer des naufrages avec p.ex. le Venezuela ?

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :