Yémen

En mars 2019, la coalition arabe menée par l’Arabie Saoudite et les Émirats Arabes Unis, entrera dans sa quatrième année de guerre au Yémen. Initiée en mars 2015 suite à la prise du palais présidentiel de Sanaa par les rebelles Houthis, la coalition a pour objectif affiché de remettre en place le président « légitime » du pays, Abdrabbo Mansour Hadi, qui alterne depuis entre Riyad et Aden, nouvelle capitale de facto.

Ce conflit est trop souvent analysé selon deux prismes réducteurs bien que commodes : l’affrontement entre l’Arabie Saoudite et l’Iran pour l’hégémonie régionale, et par voie de conséquence une guerre de religion entre les deux branches principales de l’Islam que sont le sunnisme et le chiisme. Cette grille de lecture semble dans le cas du Yémen insuffisante voire désuète.

Il a été prouvé que l’Iran a fourni des armes à la rébellion houthiste mais les experts sont en accord pour dire que cette aide demeure mineure et ne peut expliquer la résistance des Houthis face à une coalition surarmée (par l’Occident). Nous ne sommes pas dans le même schéma qu’en Syrie, en Irak et au Liban où Téhéran est bel et bien présent. L’Arabie Saoudite s’est servie de l’argument iranien pour justifier sa guerre auprès de son opinion publique car la propagande anti-Téhéran reste très efficace dans un royaume qui se sent menacé par le régime des Mollahs. L’Iran a quant à lui adopté une stratégie opportuniste : le pays se réjouit de voir l’Arabie Saoudite s’enfoncer dans un conflit d’usure qui lui coûte cher financièrement et médiatiquement. En soutenant de loin les Houthis, il récolte les bénéfices de la guerre à peu de frais.

L’autre argument avancé pour tenter d’expliquer la situation yéménite découle de la première : il s’agirait d’un conflit opposant la majorité sunnite à la minorité chiite zaydite (environ 40% de la population). Le zaydisme a été implanté sur les hauts plateaux du Yémen par Al-Hadi Yahya Ibn Al-Husayn en 898. Ce dernier a fondé un régime politico-religieux (l’imamat zaydite) qui a perduré jusqu’en 1962. Cette branche est très éloignée des autres branches du chiisme (ismaéliens et duodécimains) et dispose d’une jurisprudence proche de l’école sunnite hanafite. Il est important de souligner que chiites et sunnites ont vécu ensemble au Yémen pendant des siècles. D’ailleurs, ils partagent souvent les mêmes lieux de culte. Avant la réunification du pays en 1990, le Yémen était coupé en deux. Suite à l’instauration d’un régime marxiste en République démocratique et populaire du Yémen du Sud en 1962, de nombreuses populations sunnites se sont réfugiées au Nord (en République arabe du Yémen). Autre anecdote historique intéressante : l’Arabie Saoudite a soutenu la monarchie mutawakkilite (Yémen du Nord), reposant sur l’imamat chiite zaydite, suite au coup d’état républicain de 1962. Les amis d’hier sont devenus les ennemis d’aujourd’hui.

On l’aura compris, les rhétoriques opposant chiites et sunnites, Arabie Saoudite et Iran, afin d’expliquer le conflit yéménite semblent davantage relever d’une stratégie de communication à des fins de propagande que de la réalité. Comment expliquer alors cette guerre qui s’éternise ? Il faut pour cela remonter à la réunification du pays en 1990. Depuis cette date, le Yémen n’a quasiment jamais connu d’épisode de paix. Les logiques claniques et la structure tribale ne facilitent pas le consensus, les cycles de violences et de vengeances sont récurrents pour l’accaparement du pouvoir. Président du Yémen unifié de 1990 à 2012, feu Ali Abdallah Saleh était reconnu pour être un virtuose de la manigance et de la manipulation.

Au cours de ses 34 ans de règne, il n’a cessé de diviser le pays pour se maintenir au pouvoir, amassant une fortune colossale au détriment du développement du Yémen qui reste l’un des pays les plus pauvres du monde. Issu de la minorité chiite zaydite, il n’a pas hésité à nouer des relations très étroites avec l’Arabie Saoudite sunnite, laissant même s’implanter dans le pays l’idéologie salafiste. En 2004 éclate la guerre de Saada (capitale du gouvernorat du même nom à l’extrême nord du pays). Les Houtis, qui tirent leur nom d’un de leurs chefs Hussein Badreddine Al-Houthi, s’estimaient marginalisés et stigmatisés par un président partageant pourtant la même confession. Ils réclamaient entre autres au gouvernement central le rétablissement du statut d’autonomie dont la province bénéficiait par le passé et l’arrêt de la collaboration avec les États-Unis.

Lors du printemps yéménite de 2011 et 2012, c’est l’ensemble de la population (chiites et sunnites) qui s’est mobilisée pour réclamer le départ d’Ali Abdallah Saleh.  Les Houtis ont saisi l’occasion de la nomination d’Abdrabbo Mansour Hadi comme président temporaire à l’été 2012 pour étendre leur influence depuis leur fief de Saada. Ironie du sort, c’est avec l’aide de Saleh et d’une partie de l’armée lui étant restée loyale que la rébellion a pris la capitale Sanaa en septembre 2014, le palais présidentiel en janvier 2015 (forçant Hadi à l’exil) puis Taëz, le port de Mocha avant d’atteindre Aden en mars 2015 juste avant l’entrée en jeu de la coalition arabe.

En décembre 2017, Saleh est assassiné par les Houthis après avoir tenté de retourner sa veste en nouant une nouvelle alliance avec l’Arabie Saoudite. Depuis, la ligne de front n’évolue guère bien que la coalition soit parvenue à reprendre Aden et quelques villes du sud.  Les mercenaires étrangers ne semblent pas en mesure de prendre le dessus au sol sur des Houthis qui connaissent leur environnement et mènent une stratégie de guérilla par petits groupes. L’Arabie Saoudite est en train de perdre la bataille médiatique : les atroces images d’enfants faméliques embarrassent les gouvernements Occidentaux qui appellent de plus en plus à l’arrêt du conflit (Florence Parly le 30 octobre 2018, Donald Trump, début novembre 2018).

Mais comment mettre un terme à une guerre qui a ajouté de la division à celle déjà existante ? Les Émirats Arabes Unis, bien installés dans les territoires du sud qu’ils gèrent comme des quasi protectorats quand ils n’annexent tout simplement pas des bouts du territoire (Île de Socotra), encouragent les mouvements indépendantistes sudistes (Conseil de transition du sud). Ils luttent contre les terroristes d’AQPA (Al-Qaida dans la péninsule arabique) et de Daech quand l’Arabie Saoudite est plus laxiste si ces derniers combattent les Houthis.

On ne peut qu’espérer que le Yémen s’en sorte. Pays d’une grande richesse culturelle, architecturale, paysagère, symbole de « l’Arabie heureuse », il semble pourtant destiné au même sort que la Somalie, grand voisin de l’autre côté du golfe d’Aden, en guerre civile depuis 1991. C’est avant tout la rapacité de certains hommes politiques yéménites qui n’ont pas su ou voulu gérer l’unification, préférant les luttes claniques à la coexistence par le consensus, qui est la raison principale de la situation actuelle du pays. Le conflit interne s’est ensuite internationalisé sans que personne ne soit en mesure d’en déceler les motivations exactes. L’Arabie Saoudite (et les Émirats en sous-main : on sait que Mohammed ben Zayed, prince héritier de l’émirat d’Abou Dabi, est le mentor du jeune Mohammed Ben Salmane) a cherché à justifier son intervention en invoquant son duel avec l’Iran et la nécessité de protéger les sunnites yéménites. Elle est aujourd’hui embourbée dans un conflit dont l’issue paraît lointaine et dont les conséquences pourraient être bien pires que ce qu’elle avait imaginé.

Christophe Chabert

 

Rappel : le chiisme zaydite

Zayd Ben Ali est un descendant de Mahomet par Fatima, arrière-petit-fils d’Ali et petit-fils d’Husayn. Il tente en 740 de prendre le pouvoir sur les Omeyyades à Kufa en Irak et meurt lors d’une bataille. Zayd s’était aliéné une partie des chiites conservateurs en refusant de ne pas reconnaître les deux premiers califes de l’Islam (Abu Bakr et Umar). Les zaydites vont décider à partir de 711, de suivre Zayd Ben Ali, après la mort du 4e imam chiite (Ali Ibn Husayn), et non pas son frère et successeur désigné (Muhammad al Baqir). Zayd est pour eux le 5e et dernier imam. Le zaydisme est la première branche du chiisme qui reconnait 5 imams. Viendront ensuite les ismaéliens (reconnaissance de 7 imams) puis les duodécimains (reconnaissance de 12 imams), ces derniers représentant aujourd’hui la grande majorité des chiites iraniens.

Pour plus d’informations sur les différentes branches de l’Islam, un podcast : http://mindthemap.fr/courants-de-lislam/

Retrouver mon article du 14 novembre 2018 dans Libération : https://www.liberation.fr/planete/2018/11/13/plus-qu-un-conflit-entre-riyad-et-teheran-une-guerre-aux-racines-internes_1691848