Les événements récents en Catalogne appellent à un retour sur l’histoire de cette région.

Partie 1 : des marches carolingiennes à la couronne d’Aragon

IXe et Xe siècles : la Marche d’Espagne au sein de l’empire carolingien

732 : Carles Martel arrête l’expansion arabe à Poitiers. Son fils, Pépin le Bref (714-768) chasse les troupes arabes de Septimanie, actuel Languedoc-Roussillon. Charlemagne (742-814) s’empare de Gérone en 785 puis de Barcelone en 801 avant de conquérir la vieille Catalogne. Barcelone devient le centre des possessions de l’Empire carolingien qui forment la « Marche d’Espagne », véritable foyer de la Reconquista et interface privilégiée des échanges entre monde chrétien et monde musulman. Guifred le Velu, Guifré el Pilos en catalan, devient comte de Barcelone ne 878. Il est considéré comme le père fondateur de la Catalogne. Il parvient à réunir les comtés d’Urgell, de Cerdagne, d’Osona, de Gérone et de Barcelone. Il est à l’origine d’une dynastie comtale et royale qui perdurera jusqu’en 1410.

 

Xe – XIIe siècles : l’émancipation progressives des comtés catalans

En 985, les troupes maures commandées par Al-Mansur saccagent Barcelone. Le comte Borrell II (947-993) de Barcelone avait demandé à plusieurs reprises l’aide de son suzerain, le roi des francs, Hugues Capet qui n’envoya pas de troupe. Cette inertie marque le début de l’émancipation progressive des comtés catalans de la couronne de France. Aux XIe et début du XIIe siècle, les comtes de Barcelone, devenus peu à peu souverains de la Catalogne, entreprirent une vaste politique d’expansion territoriale dans le sud de la France actuelle. Le comte Raimond Bérenger 1er (1035-1076) acheta en 1067 les comtés de Carcassonne et de Razès puis fit l’acquisition de plusieurs droits sur Narbonne, Toulouse et Béziers. En 1112, Raimond Bérenger III (1082-1131) acquit par son mariage avec Douce de Gévaudan les droits des comtés de Gévaudan, Millau, Carladez et de la Provence.

 

1137-1479 : le Couronne d’Aragon

On date généralement la naissance de l’union du royaume d’Aragon et du comté de Barcelone par le mariage de Pétronille d’Aragon et de Raimond Bérenger IV de Barcelone en 1137. Il s’agissait d’une confédération de royaumes indépendants, disposant chacun de ses propres lois et institutions sous l’autorité d’un prince unique. Le traité de Corbeil fixe la frontière avec le royaume de France en 1258. Jacques 1er d’Aragon renonce au Languedoc (sauf Montpellier) et à la Provence quand Louis IX de France renonce à ses prétentions sur la Catalogne, le Cerdagne et le Conflent.

1283 : officialisation du CORT GENERAL de Catalogne (Parlement)

1359 : création de la GENERALITAT de Catalunya

La couronne d’Aragon devient, grâce à ses conquêtes, une véritable thalassocratie prospère en méditerranée : Minorque (1232), royaume de Valence (1238), Sicile (1282), Malte (1283), Sardaigne (1323), Majorque et Ibiza (1344), royaume de Naples (1442)

© Christophe Chabert